Apparu il y a huit mille ans dans le berceau fertile du Proche-Orient, le vin a traversé les plus grandes civilisations de l'Antiquité : mésopotamienne, égyptienne, grecque, étrusque, romaine, celte… Des premières villes néolithiques à la chute de l'Empire romain, de Noé à Dionysos, il incarne LA civilisation donnée aux Hommes. La culture du vin s'est propagée sur des milliers de kilomètres, jusqu'aux côtes de l'Atlantique et de l'Océan Indien. Le vin a inspiré de très grands chefs-d'oeuvre. Son histoire est celle des peuples de l'Antiquité. Elle témoigne des échanges culturels, des voies commerciales, des progrès technologiques et sociaux.  Les premiers chapitres de l'Histoire du vin se sont déroulés au Proche-Orient, berceau de l'agriculture et de l'écriture. Les textes mentionnent très tôt son existence : ainsi dans l'Ancien Testament, Noé en régale déjà les ouvriers chargés de construire l'Arche. Doté d'un plus fort taux d'alcool, le vin se conserve mieux que la bière, issue de la fermentation des céréales : froment, orge, blé, seigle ou encore avoine. Selon l'agronome romain Columelle, on agrémentait le raisin d'ingrédients divers tels que du moût, du sel, du gypse, du marbre, des aromates, de la résine ou de la poix. Le vin des Anciens surprendrait le palais d'un amateur du XXIe siècle !

 

Le premier vin de l'Humanité " L'invention " du vin est sans doute due au hasard. Il est produit à partir du fruit de la vitis vinifera, dont le jus fermente naturellement. Son histoire commence au Néolithique. La vigne sauvage est alors domestiquée et des solutions trouvées pour limiter la fermentation du raisin. La présence de résine de térébinthe, identifiée dans des céramiques découvertes en Iran, a permis d'authentifier les premiers vins. En effet, cet agent conservateur qui parfume le vin, l'empêche surtout de tourner en vinaigre. Il y a 8000 ans, les hommes produisaient, stockaient, consommaient et échangeaient déjà du vin dans les régions montagneuses du Moyen-Orient.

1/6
Aux origines du vin